Quand la vie professionnelle empiète sur notre vie personnelle

Quand la vie professionnelle empiète sur notre vie personnelle

workfromhome

L’équilibre vie pro vie perso n’est pas évident. Surtout en période de confinement. 

Connaissez-vous le « blurring » ? C’est un terme qui désigne la disparition de la frontière entre la vie personnelle et la vie professionnelle car ce mot vient du verbe anglais « blur » signifiant brouiller, flouter. J’avais découvert la puissance de cette réalité en imaginant ce que deviendrait le travail dans 25 ans. A l’époque les exemples étaient plutôt des éléments de la vie personnelle qui venaient s’intercaler dans des tâches professionnelles (comme appeler le dentiste ou faire des démarches administratives). En plein confinement le blurring est encore plus d’actualité puisqu’en télétravail, le travail s’invite dans nos lieux d’habitations et vient perturber l’équilibre familial.

J’accompagne aujourd’hui plusieurs personnes pour lesquelles ce mélange des genres vient perturber le quotidien. On me décrit également la difficulté à mettre des limites : les réunions et séances en visio s’enchaînent non-stop au point d’avoir mal aux oreilles et sans doute un peu aussi mal à la tête.

Alors que le confinement se poursuit, figurent ci-après quelques préconisations pour tenir jusqu’à la fin, que ce soit le 11 mai ou même plus tard :

1.     Prévoir (si ce n’est déjà fait) un planning pour toute la famille avec les horaires des séances de travail pour chacun et les temps ensemble (doit apparaître l’heure de fin absolument)

2.     Lister des activités nourrissantes pour se ressourcer et retrouver de l’énergie en cours de journée, ce peut être une activité rapide (2 à 3 mn) ou plus longue (15 à 20 mn) à pratiquer chaque fois que l’on en ressent le besoin

3.     Organiser l’espace et mettre en place des règles de fonctionnement en réservant des lieux pour se détendre et / ou travailler

4.     Prendre 5 mn avant chaque réunion pour se concentrer sur ce qui va se passer, ce que l’on aura à dire et 5 mn après pour noter les points importants et faire un exercice de respiration ou de visualisation par exemple pour se recentrer sur soi

5.     Décider chaque jour de l’heure à laquelle on s’arrête de travailler et s’y tenir

« Je parle avec les yeux. J’écoute avec le coeur. Je comprends avec le temps « 

lesBeauxProverbes.com

Dans mon métier de coach, métier que j’exerce depuis maintenant 13 ans, n’étant pas de formation psy puisque j’ai appris les corpus sur le tas comme on dit… j’avais complètement intégré la règle selon laquelle mes accompagnements ne devaient porter que sur le professionnel et non sur le personnel. C’était mon guide, ma ligne frontière entre ce que je pouvais faire et ce qui m’était interdit. Chaque fois qu’un de mes coachés abordait un sujet plus personnel de son enfance ou de sa vie de couple, je me sentais me raidir et assez rapidement recadrer sur le sujet professionnel ou questionnant le lien avec le thème qui nous occupait. Prenant confiance en ma pratique, j’ai appris à rendre plus floue cette frontière et j’ai transformé cette raideur en une écoute au-delà des mots, il y a forcément du signifiant lorsque la personne que j’accompagne aborde un volet plus personnel : une personne qui s’exprime dans un coaching parle autant de ce qu’elle est professionnellement que personnellement. Car nous ne sommes pas deux personnes différentes même si je sais qu’en début de carrière les managers peuvent se sentir très différents au travail qu’ils le sont à la maison. Ainsi aujourd’hui, quand on me partage des difficultés d’ordre plus personnelles comme le décès de son père en début de confinement ou encore l’organisation à la maison pour faire travailler les enfants, je comprends que la personne a besoin d’exprimer ses ressentis et je l’y invite, d’autant plus alors que le pro et le perso sont intimement liés. Écouter et entendre au-delà des mots ce que la personne vit est essentiel lorsque l’on aide à prendre du recul. C’est cette valeur ajoutée que je peux apporter pendant cette période difficile. N’hésitez pas j’ai encore quelques créneaux de libre pour vous accompagner bénévolement pendant le confinement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives