Attention mesdames et messieurs ça va commencer…

Attention mesdames et messieurs ça va commencer…

pexels-karolina-grabowska-4468151

Constamment bombardé de stimulations sensorielles, le cerveau a besoin d’en sélectionner certaines pour les utiliser et les interpréter.

En sciences cognitives on appelle attention, l’ensemble des mécanismes par lesquels notre cerveau sélectionne une information, l’amplifie, la canalise et l’approfondit. Les fonctions clés de l’attention sont éveil et alerte, sélection et distraction, orientation et filtrage.

Stanislas Dehaene

En voiture, concentré sur un chemin encore inconnu, attentif aux panneaux et aux autres, vous ne voyez probablement pas les publicités et n’écoutez pas vraiment la radio. Soudain, la sonnerie de votre portable retentit ; votre bracelet connecté relaye le message qui arrive. Ce sms vient capter votre attention même si l’attitude responsable consisterait à en faire abstraction pour rester totalement focalisé sur la route.

L’attention est la focalisation sur des éléments privilégiés dans la masse de nos perceptions continues et de nos processus mentaux.

Chez BMO – Brain Modus Operandi

Le psychologue américain Michael Posner distingue au moins trois grands systèmes attentionnels :

  1. L’alerte qui indique quand faire attention et adapte notre niveau de vigilance.
  2. L’orientation de l’attention, qui signale ce à quoi faire attention et amplifie tout objet d’intérêt.
  3. Le contrôle exécutif, qui décide comment traiter l’information : il choisit la chaîne de traitements appropriée à une tâche donnée et en contrôle l’exécution.

Le signal d’alerte permet l’éveil du cerveau, il mobilise tout l’organisme, autant que nécessaire. Un son, un mot, un geste, quelque chose attire mon attention. C’est ce que l’on appelle aussi la saillance. Nous sommes attentifs aux ruptures de cohérence dans notre flux de perceptions.

Des millions d’éléments du monde extérieur se présentent à mes sens mais ne pénètre jamais dans mon expérience consciente car ils n’ont aucun intérêt pour moi. Ce que je perçois est ce à quoi j’accepte de prêter attention (…) L’intérêt seul donne de l’accent et de l’emphase, de la lumière et de l’ombre, un arrière-plan, un premier plan en un mot une perspective intelligible. 

William James dans Principes de psychologie 1890

L’orientation de l’attention nous conduit donc à nous approprier l’espace autrement avec un mouvement de la tête ou du regard. Nous nous tournons vers ce qui attire notre attention pour mettre l’objet qui nous intéresse au cœur de la fovéa (zone de très haute sensibilité du centre de la rétine). Cela fonctionne pour l’ensemble de nos sens et pas seulement la vue. Chaque fois, les neurones qui reçoivent le coup de projecteur sont amplifiés et leurs décharges augmentent au niveau du cortex. Ainsi, l’attention agit comme un amplificateur, un filtre sélectif. Orienter l’attention revient à choisir, filtrer, sélectionner : on parle d’attention sélective.

En effet, l’attention accroît les signaux sélectionnés tout en réduisant fortement ceux jugés non pertinents. Nous sommes ainsi partiellement aveugle à une partie de la réalité.

L’expérience la plus connue qui illustre cet aveuglement est celle du calcul du nombre de passes entre des joueurs de basket en blanc. Pour avoir vu en séminaire cet exercice au sein de plusieurs groupes, la plupart du temps les participants ont compté un nombre de passes différent mais surtout personne n’a vu le gorille qui se balade tranquillement sur la scène.

Notre esprit, concentré sur le comptage, a éludé une partie de la scène. D’autres expériences existent : tout le décor change derrière les personnages tandis que l’attention, focalisée sur le jeu de bonneteau fait que personne ne se rend compte de rien.

Notre attention est donc extrêmement limitée et malgré notre bonne volonté, lorsque nous sommes concentrés sur un objet de pensée, d’autres objets, pourtant saillants, peuvent nous échapper totalement et demeurer invisibles à nos yeux. Inquiétant non ? Cela doit en tous cas nous rappeler l’importance de prendre du recul et d’élargir le champ plutôt que rester totalement focalisé sur un sujet (de préoccupation par exemple).

Le contrôle exécutif, enfin, détermine comment les informations sélectionnées sont traitées. Il implique notamment le cortex préfrontal et agit comme un aiguilleur du cerveau : il pilote, dirige, gouverne comme un chef de gare qui oriente l’aiguillage pour orienter le train sur la voie désirée. Il agit sur le bon déroulement d’opérations mentales étape par étape tout en conservant en mémoire les éléments du programme en cours. C’est la mémoire de travail ou encore la mémoire temporaire.

Alors sommes-nous capables de faire plusieurs choses à la fois ?

Contrairement à ce que veulent nous faire croire nos ados, ce n’est pas possible. Testez l’expérience suivante : démarrez le chrono puis écrivez les nombres 1 a 10 puis un mot de 10 lettres (par exemple ATTENTIONS) avec votre main directive (généralement la droite) sous les nombres en lettres capitales. Puis, redémarrez le chrono et faites le même exercice avec l’autre main, normalement vous constaterez que cela prend plus de temps sauf si vous êtes parfaitement ambidextre. Maintenant la consigne change vous devez cacher ce que vous avez fait précédemment et reprendre la main directive en alternant les deux consignes d’abord le chiffre puis la lettre etc. Vous constaterez normalement que cela vous prend encore plus de temps, même avec la main directive, car il faut chaque fois que le cerveau se refocalise sur l’une des deux consignes.

Pour mener des actions en parallèle, il faut qu’elles soient parfaitement automatisées grâce à l’apprentissage. Ainsi, lorsque nous apprenons à conduire, nous sommes totalement concentrés sur chaque opération. La conduite s’automatise au bout de quelques années de pratique. On peut alors chanter ou parler avec le passager en même temps qu’on exécute les différents gestes.

Je conclurai cet article sur le lien entre attention et apprentissage : pas d’apprentissage sans une sélection des informations pertinentes. Premier pilier de l’apprentissage, l’attention sélective fonctionne comme un projecteur orienté sur une partie de l’image pour y dédier toutes ses ressources à un instant donné. A très vite pour continuer sur ce thème passionnant de l’apprentissage et tout ce qui permet de nous améliorer.

Cet article est inspiré de mes lectures estivales, et notamment de Apprendre, Stanislas Dehaene, voir chapitre 7 page 209 et suivantes ainsi que ma formation de praticien BMO, pour en savoir plus suivez Guillaume Attias et BMO https://www.linkedin.com/company/bmo-brain-modus-operandi/
Faites tester autour de vous l’exercice du comptage des passes sur https://www.enigme-facile.fr/enigme-video-compter-nombre-passes-ballon-gorille-6508

Crédit photo : Karolina Grabowska sur Pexels

1 Commentaire

  1. […] PrécédentAttention mesdames et messieurs ça va commencer… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives